Jour de croix au Cimaï

Retour au Cimaï avec la bande de copain ce jeudi. Avant de monter sur la vire qui n’offre pas énormément de possibilités pour s’échauffer, je propose à Sébastien d’aller au secteur Smilax, vers la vire de pétale de rose. Nous avons réalisé 3 voies tres belles, sans pas de bloc marqué, idéal pour s’échauffer. Un 6a, qui porte bien son nom : « tour de chauffe », « Colossale finesse » un 6c pas trop dur pour le Cimaï, et « Trip tonic » version prolongé qui doit tourner autour de 6c+/7a.

Sobibor 7c sur la vire du Cimaï

Ensuite direction la vire, Sébastien retourne dans son projet « Océanique » un 7a+ qu’il enchaînera en posant les dégaines ! A mon tour d’aller dans mon projet « Sobibor » un 7c bien teigneux de 18m, ouvert par Denis Garnier en 1985, et qui donne son nom au secteur. J’enchaîne au premier essai ! Même si la cotation n’est pas extrême, j’ai du m’y investir durant 3 séances pour réaliser cette voie !

La journée n’est pas encore finie puisque je réaliserai « J.B Gibbon », une belle voie courte sur colos flash et la magnifique « Printemps éphémères » 7a+ à vue en posant les dégaines.

Très bonne séance, au chaud avec des copains et des croix, que demander de mieux ! Y’a pas a dire on est pas si mal en hiver en Provence 😉

Escalade au Cimaï

Ça y est c’est ! Les conditions hivernales sont là et bien installées. Il fait froid et sec, surtout avec ce gros mistral de prévu aujourd’hui. Conditions idéales pour aller grimper au Cimaï, au soleil et à l’abri du vent. Pour ceux qui ne connaissent pas, il s’agit d’une superbe falaise située entre la Ciotat et Toulon. La falaise semble coupée au couteau tellement le profil est rectiligne. Plutôt en léger dévers, c’est le royaume des petites prises et de la pose chirurgicale des pieds. Cela en fait une falaise très exigeante où les cotations sont souvent sévères.

L’avantage : des voies pour tout niveau du 4 au 8, un must dans la région, à découvrir.

Une journée à la Paroi des toits

Au lieu de l’escalade marseillaise hivernale, la paroi des toits reste un endroit magique, surtout en semaine quand on a l’occasion d’avoir la falaise pour soi. Bien abrité du mistral et au soleil jusqu’à 16h environ, cette falaise est parfaite si vous aimez le gros dévers et les prises rondes !

La vue depuis le pied des voies

Le ticket d’entrée se situe plutôt autour de 6c/7a., mais dans ces cotations vous n’aurez que l’embarras du choix… (plus de 25 7a référencés ! )

Pour ma part je suis retourné dans la deuxième longueur de rénatissimo, coté 8a sur le dernier topo. Et bien verdict, c’est dur ! Après le relais de la première longueur, la difficulté reste plutôt modérée et la cotation se concentre sur les derniers mètres. Plus spécifiquement sur 3 dégaines où tout les mouvements m’ont paru bien bloc et les clipages difficiles ! Par contre, les points sont bien proches ce qui permet de mettre les dégaines en artif assez facilement.